Le Plan Climat Air Energie Territoire (PCAET)

Pourquoi le PCAET est obligatoire ?

Le changement climatique est aujourd’hui une réalité. Il est dû à l’augmentation de l’émission de gaz à effet de serre, principalement produits par l’activité humaine. 70% des émissions de GES sont décidées ou réalisées en local, et 15% directement sont liées aux décisions des collectivités. C’est pourquoi, l’action la plus efficace est celle menée par/ sur le territoire. D’où le rôle primordial des collectivités pour atténuer le changement climatique et s’y adapter. Un PCAET pour le territoire c’est aussi : la maîtrise des coûts, l’attractivité, le cadre de vie.

Quels sont les objectifs de ce Plan Climat Air Energie Territoire ?


Réduire les émissions de GES et renforcer le stockage carbone.

Objectifs de la loi de Transition énergétique au niveau national : Réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40 % entre 1990 et 2030 et diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2050 (facteur 4).


Réduire les consommations d’énergie et renforcer l’efficacité énergétique

Objectifs de la loi de Transition énergétique au niveau national : Réduire la consommation énergétique finale de 50 % en 2050 par rapport à la référence 2012 en visant un objectif intermédiaire de 20 % en 2030 ; Réduire la consommation énergétique primaire d’énergies fossiles de 30 % en 2030 par rapport à la référence 2012.


Augmenter la production et l’utilisation des énergies renouvelables

Objectifs de la loi de Transition énergétique au niveau national : Porter la part des énergies renouvelables à 23 % de la consommation finale brute d’énergie en 2020 et à 32 % de la consommation finale brute d’énergie en 2030


Lutter contre la pollution de l’air


S’adapter au changement climatique

Couverture de la synthese du PCAET
Le projet de PCAET a été adopté à l’unanimité lors du conseil communautaire du 12 mars 2019.
La Mission Régionale d’Autorité Environnementale, saisie au printemps dans le cadre de l’évaluation environnementale obligatoire, n’a pas émis d’avis.
Le PCAET est donc en consultation publique du 16 septembre au 16 octobre 2019. Les avis de la Préfecture et du Conseil Régional de Bretagne sont également attendus.
Le vote définitif aura lieu en décembre 2019.

 

Avis de consultation publique

Tout sur le PCAET en 3 minutes

Consultez les pièces

PCAETTélécharger le PDF
AnnexesTélécharger le PDF
Rapport environnementalTélécharger le PDF
Synthèse du PCAETTélécharger le PDF
Délibération n° DEL_2019_040Télécharger le PDF

Sobriété énergétique

Des bâtiments communautaires exemplaires

Le bâtiment du Pôle communautaire à Montreuil-le-Gast est un bâtiment à énergie positive (BEPOS) qui produit plus d’énergie qu’il n’en consomme (valeur estimée à -4 kWh/m/an d’énergie primaire). La consommation théorique du bâtiment est de 38 kWh/m2/an d’EP.


Comment atteindre ce niveau de performance ?

  • Un bâtiment en biobriques ; avec isolation extérieure en laine de bois ; toiture partiellement végétalisée; traité de façon bioclimatique (orienté sud, inséré dans la pente du terrain pour éviter les vents du Nord).
  • Des matériaux sains : beaucoup de bois, lino, carrelage recyclé, etc.
  • Les éclairages sont basse consommation avec extinction et allumage automatiques, et régulation de l’éclairement en fonction de l’intensité lumineuse extérieure (réglages manuels également possibles).
  • Du chauffage au bois bûche et aux granulés: nous produisons nos propres bûches via le programme Breizh Bocage et le chantier d’insertion.
  • 5000 L d’eau de pluie sont récupérés chaque année pour les sanitaires et l’arrosage extérieur.
  • Une éolienne de 5 kW injecte directement de l’électricité dans le bâtiment (surplus revendu à Enercoop).
  • Une centrale solaire photovoltaïque de 145 m2 pour 18 kWc puissance a été installée, ainsi que 2,5 m2 de panneaux solaires thermiques pour l’eau chaude.

Et combien ça coûte ?

Le coût du bâtiment, hors les aménagements extérieurs et les équipements pour la production d’énergies renouvelables, est de 1338 € HT/m2. Ce coût est dans la fourchette des bâtiments tertiaires classiques, estimée entre 1200 à 1400 €.

Un partenariat dans la durée avec l’ALEC

logo ALEC

Le Val d’Ille-Aubigné est partenaire de l’Agence Locale de l’Energie et du Climat du Pays de Rennes. Il souscrit au service de conseil en énergie partagé et cofinance 50 % de l’adhésion des communes à ce service : cela permet d’avoir un suivi des consommations d’énergie et d’eau sur l’ensemble du patrimoine public, de réaliser des diagnostics sur des bâtiments communaux et intercommunaux et de mettre en œuvre des actions d’animation locale tels que les forums habitat énergie. Les habitants du territoire peuvent contacter la permanence téléphonique pour toute question relative à l’énergie dans leur habitat. Des actions de sensibilisation et des audits sont également proposées aux écoles et aux commerçants. Plus d’infos sur l’Espace Info Energie ou sur le site Bretagne Energie

L’aide à la rénovation des logements : Pass’Réno

Le changement de comportement : vers la transition énergétique

La question du changement de comportement et, plus généralement, de l’évolution des modes de vie est devenue un enjeu clé de la transition énergétique et écologique. Il est désormais admis que le progrès technique ne permettra pas, à lui seul, d’atteindre les objectifs de réduction d’émissions de gaz à effet de serre, ni de répondre aux enjeux environnementaux actuels.

C’est pourquoi la communauté de communes s’intéresse particulièrement à cette question. De 2012 à 2015, un premier projet de boucle énergétique locale a permis d’étudier et de tester le changement de comportement auprès d’une 60′ de foyers volontaires, dans le cadre de l’appel à projets de la Région Bretagne. Dans le secteur résidentiel, 6 zones étaient ciblées (centre bourg, lotissements, hameau) dans différentes communes, sur lesquelles ont été expérimentées des équipements de mesure et de régulation de la consommation et de la production d’énergie.

Des personnes habitant ces zones ont pris part à cette initiative à travers l’équipement de leurs foyers, et la participation à des rencontres animées par l’Agence Locale de l’Energie et du Climat du Pays de Rennes. L’ensemble des 60 foyers a réussi à économiser environ 30 % d’énergie électrique pendant la période du projet (hors chauffage).

Débrancher les appareils, éteindre les veilles, dépoussiérer et dégivrer son frigo, optimiser l’espace dans le congélateur ou le frigo pour éviter l’utilisation d’un 2e équipement, limiter le temps sous la douche, limiter la température d’utilisation des machines à laver, etc. Autant d’écogestes qui, réunis, ont permis d’atteindre cette belle performance.

C’est l’implication de tous les participants qui a fait la réussite de ce projet. Cela montre que sur le Val d’Ille, il existe un gisement d’économies d’énergie important à mobiliser à travers ces petits gestes du quotidien et ces équipements. Retrouvez toutes les informations sur ce projet dans le rapport final BeL.

En 2017, la communauté de communes est lauréate d’un nouvel appel à projets national lancé par l’ADEME, sur l’accompagnement des transitions écologiques, économiques et sociales. Avec comme partenaires les laboratoires LIRTES de l’université de Paris et ETIcS de l’université de Tours (psycho-sociologie et sociologie), elle va mener sur le territoire le projet DULCE : DUrabiLité et Cohérence des actions visant le changement de comportement et pertinence des différentes Echelles d’actions et d’analyse.

L’objectif est de retourner voir les foyers qui ont été mobilisés entre 2012 et 2015 pour évaluer la durabilité des changements opérés à l’époque, et de mobiliser de nouveaux foyers volontaires.

Vous êtes intéressé(e) pour tester la démarche dans votre foyer et essayer d’économiser de l’énergie ? Contactez-nous

Voir le rapport final BEL

En savoir plus :

Service Climat-Air-Énergie