En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de vous proposer une expérience plus riche. En savoir plus

Le Plan Climat Air Energie Territoire (PCAET)

La communauté de communes Val d’Ille-Aubigné a l’obligation de réaliser un PCAET d’ici le 31 décembre 2018.

Pourquoi le PCAET est obligatoire ?

Le changement climatique est aujourd’hui une réalité. Il est dû à l’augmentation de l’émission de gaz à effet de serre, principalement produits par l’activité humaine. 70% des émissions de GES sont décidées ou réalisées en local, et 15% directement sont liées aux décisions des collectivités. C’est pourquoi, l’action la plus efficace est celle menée par/ sur le territoire. D’où le rôle primordial des collectivités pour atténuer le changement climatique et s’y adapter. Un PCAET pour le territoire c’est aussi : la maîtrise des coûts, l’attractivité, le cadre de vie.

Quels sont les objectifs de ce Plan Climat Air Energie Territoire ?


Réduire les émissions de GES et renforcer le stockage carbone.

Objectifs de la loi de Transition énergétique au niveau national : Réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40 % entre 1990 et 2030 et diviser par quatre les émissions de gaz à effet de serre entre 1990 et 2050 (facteur 4).


Réduire les consommations d’énergie et renforcer l’efficacité énergétique

Objectifs de la loi de Transition énergétique au niveau national : Réduire la consommation énergétique finale de 50 % en 2050 par rapport à la référence 2012 en visant un objectif intermédiaire de 20 % en 2030 ; Réduire la consommation énergétique primaire d’énergies fossiles de 30 % en 2030 par rapport à la référence 2012.


Augmenter la production et l’utilisation des énergies renouvelables

Objectifs de la loi de Transition énergétique au niveau national : Porter la part des énergies renouvelables à 23 % de la consommation finale brute d’énergie en 2020 et à 32 % de la consommation finale brute d’énergie en 2030


Lutter contre la pollution de l’air


S’adapter au changement climatique

Vous êtes intéressé(e) pour participer à l’élaboration et à la mise en oeuvre du PCAET : contactez-nous !

Contact

Les 1ers éléments de diagnostic

Le résidentiel et les transports sont les 1ers secteurs consommateurs d’énergie sur le territoire : cela caractérise notre territoire péri-urbain marqué par de nombreux déplacements quotidiens vers Rennes Métropole notamment, le plus souvent en voiture individuelle. Le secteur agricole est le 1er secteur émetteur de GES : ce sont en grande majorité des GES ‘biologiques’, du méthane principalement, issu de l’élevage (fermentation entérique et gestion des effluents). L’agriculture est également le 1er secteur en terme de stockage du carbone, grâce aux prairies et aux haies. Pour les ENR, nous produisons aujourd’hui à peine 8% de l’énergie consommée sur le territoire, et c’est principalement du bois énergie. L’observation de la qualité de l’air fait l’objet d’un partenariat avec l’association régionale Air Breizh, à laquelle la collectivité adhère depuis 2017. Les principaux polluants observés sont responsables de maladies chroniques, problèmes respiratoires, irritations et brûlures…qui réduiraient de 10 mois l’espérance de vie en milieu rural. Ils contribuent également à dégrader l’environnement. Ce sont les : NOx, PM 10, PM 2,5, COV hors méthane, NH3, SO2. Notre territoire est marqué par 3 problématiques plus significatives :

  • les transports quotidiens émettent des NOx, pour lesquels la moyenne du territoire est un peu plus élevée que celle de la Bretagne ou de la France (caractère péri-urbain et dépendance à la voiture individuelle).
  • les industries (hors énergie) sont sources d’émission de COV (hors méthane) et de SO2, ce qui à l’échelle de notre territoire et rapporté au nombre d’habitants, donne des moyennes particulièrement élevées, dues à la présence de 3 centrales à enrobés. Le territoire étant par ailleurs peu industrialisé.
  • l’agriculture apparaît également comme un secteur à enjeu du point de vue des émissions de NH3, la moyenne d’émission étant élevée par rapport à la France mais à relativiser par le caractère rural du territoire. L’agriculture occupe en effet 68% de la superficie.

Les données sont calculées ou estimées selon différents modèles et sources d’informations ; bien qu’elles soient normalisées au niveau régional, national voire européen, il faut les interpréter avec précaution, davantage pour avoir une idée des ordres de grandeur. Il ne s’agit pas de données mesurées sur le territoire.

Ainsi, il apparaît que les données concernant les émissions de polluants atmosphériques pour les industries/ centrales à enrobés sont largement surestimées : leur actualisation en 2018 permettra, sur la base d’informations réelles fournies par les centrales, de préciser les ordres de grandeur.

Lien vers le site de l’observatoire régional de l’environnement pour plus d’informations : http://www.observatoire-energie-@ges-bretagne.fr/

Données sur la qualité de l’air (estimées) – Air Breizh – 2014